quarta-feira, 22 de outubro de 2014

Première mission humaine sur Mars: moins cher avec des astronautes femmes?



Orion, le vaisseau spatial nouvelle génération prévu pour véhiculer les astronautes sur Mars. (Photo NASA)

Jusqu’à présent, la plupart des humains à être allés dans l’espace sont de sexe masculin. Mais d’après une spécialiste, la première mission humaine sur Mars, si l’on voulait en réduire le coût, ne devrait être constituée que de femmes.

Dans les pages du journal britannique Dailymail se lisaient aujourd’hui des arguments scientifiques : l’organisme féminin a besoin pour fonctionner, au jour le jour, d’un apport calorique inférieur à celui des hommes. Résultat : une mission vers Mars constituée uniquement de femmes se révèlerait meilleur marché.
Cette théorie émane entre autres de la journaliste scientifique américaine Kate Greene, qui a elle-même participé, l’an dernier, à une simulation de la Nasa. Bien que sur Terre, l’expérimentation a cherché à recréer, pendant 4 mois et sur le versant d’un volcan aride, les conditions d’un voyage spatial de longue durée vers Mars.

La rédactrice américaine et cinq autres membres d’équipage - trois hommes et deux femmes - sont restés confinés dans un dôme à Hawai, n’en sortant que munis de fausses combinaisons de cosmonautes. Comme s’ils étaient en mission sur la Planète rouge.

Ressources limitées

« Semaine après semaine, les trois femmes membres d’équipage ont dépensé l’équivalent de moins de la moitié des calories brûlées par les trois hommes à leurs côtés. Moins de la moitié ! », détaille Kate Green. Ajoutant que s’il était rare pour une femme de brûler « plus de 2 000 calories par jour », les hommes dépassaient régulièrement les 3 000.
« Nous faisions la même dose d’exercice par jour - minimum 45 minutes cinq jours par semaine - mais nos organismes n’étaient tout simplement pas calibrés de la même manière.», a-t-elle ajouté.

Mission hors de prix

Quand le coût de la future mission spatiale pour Mars devrait revenir à 100 milliards de dollars, envoyer dans l’espace des astronautes moins consommateurs de « carburant » semble tentant.
Pour bétonner son argumentation, Kate Greene finit par citer un ex-employé de la Nasa, Alan Drysdale : « Il n’a pas été prouvé, que je sache, que les femmes de petite taille soient moins intelligentes que les hommes ou les femmes de grande taille. (...) Si ce que vous privilégiez dans le choix de l’équipage, c’est la puissance cérébrale indépendamment des autres critères, la logique n’empêche donc pas de choisir des femmes de petite taille, bien au contraire.»
La troisième et dernière mission de simulation a débuté le 17 octobre et s’étendra jusqu’au 15 juillet prochain. Le chef de la Nasa, Charles Bolden a d’ores et déjà prévenu qu’il comptait envoyer des hommes sur la Planète rouge en 2030.
Fonte: http://www.lavoixdunord.fr/
← Postagem mais recente Postagem mais antiga → Página inicial
Postar um comentário
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...